Archives par mot-clé : Marilyn Strathern

Engendrement, enfantement, procréation : « les mots pour le dire ». Problèmes de vocabulaire en socio-anthropologie

A quoi servent les distinctions ?

Comment choisir les termes de la description socio-anthropologique ? Quels mots employer, et pour désigner quoi ? Cette question se pose à tout chercheur, de façon plus ou moins prégnante selon son sujet, et probablement d’autant plus qu’il touche à des notions particulièrement fondamentales de l’existence humaine telles que la mort, la naissance ou la sexualité. Elle m’est venue de manière directe lorsqu’il a fallu désigner la dimension sociale de la grossesse et de l’accouchement dans le cas d’une gestation pour autrui, où précisément le terme de « gestation » semblait inadéquat car il renvoyait la femme qui porte à une fonction biologique au mieux, à un incubateur humain au pire, donnant du grain à moudre à ses détracteurs1. Si la locution « gestation pour autrui » est trop ancrée dans le langage courant pour proposer un changement de termes, la redéfinition de celle-ci semblait nécessaire pour décrire ce qui se passait entre les différents protagonistes de cette action bien particulière, lorsqu’un lien fort se constitue pendant (ou préexiste à) la grossesse entre les « parents d’intention » et la « femme porteuse »2. J’avais à ma disposition une première distinction déjà établie depuis quelques années par Irène Théry3. Partant de sa lecture de l’ouvrage de Luc Boltanski La condition fœtale. Une sociologie de l’engendrement et de l’avortement4, elle reprendra le terme « d’engendrement » dans un sens bien précis :

Continuer la lecture de Engendrement, enfantement, procréation : « les mots pour le dire ». Problèmes de vocabulaire en socio-anthropologie
  1. Voir par exemple Agacinski Sylviane, Corps en miettes, Paris, Flammarion, 2009. []
  2. Déjà ici, ces termes se rapportent à un contexte particulier, en l’occurrence français ; en Belgique, les « parents d’intention » sont couramment dénommés « parents commanditaires », et les « femmes porteuses » (ou « gestatrices ») sont appelées « mères porteuses », sans qu’aucune signification péjorative n’accompagne ces termes. En France, « commanditaires » renvoie à la marchandisation et à la réification à la fois de l’enfant et du corps de la femme qui porte, et « mère porteuse » entretient la suspicion de séparation affective voire d’arrachement de l’enfant d’avec celle qui l’a porté. Le contexte belge n’ayant pas connu de clivage social et politique entre des « anti » et des « pro » gestation pour autrui, il n’y a pas eu de nécessité rhétorique de marquer les oppositions par des vocables différents. []
  3. Théry Irène, « Avortement, engendrement et singularisation des êtres humains », Annales. Histoire, Sciences Sociales, vol. 61, Éd. de l’EHESS, 2006, p. 483–503, disponible ici ; Des humains comme les autres : bioéthique, anonymat et genre du don, Paris, Éd. de l’EHESS, 2010 ; « Les ambiguïtés du modèle bioéthique français », Esprit, no 11, 2010, p. 32‑54, disponible ici. []
  4. Boltanski Luc, La condition fœtale. Une sociologie de l’engendrement et de l’avortement, Paris, Gallimard 2004. []

« Kinship as a relation » ou la promesse d’une réunion mouvementée – séance du 15/01/2018

     Pour notre réunion mensuelle du mois de janvier 2018, le groupe avait décidé de s’atteler, pour son premier exercice de lecture critique commune, à l’une des figures contemporaines emblématiques de l’anthropologie de la parenté : Marilyn Strathern. Anaïs avait suggéré le texte « Kinship as a relation », paru en 2014 dans le numéro 210 de la revue L’Homme. Le défi qu’elle nous lançait était de taille, à la mesure de l’enthousiasme et de l’énergie que notre tout jeune groupe EnCoRe souhaite déployer dans ses activités de recherche.

     Le processus de lecture que le groupe se proposait de mettre en place pour chaque texte était alors le suivant : une lecture critique individuelle de l’écrit par chaque membre, suivi d’une mise en commun sous forme de tour de table lors de la réunion. Conséquence directe du processus de lecture par des personnes différentes, ou particularité liée à ce texte de Marilyn Strathern, la restitution collective fut édifiante : pour chacune, notre attention avait été retenue par des points différents, ouvrant à chaque nouvelle intervention un éclairage complémentaire, qu’individuellement nous n’aurions probablement pas noté. Face à ce constat de la multiplicité des idées retenues par les unes et par les autres, il fut donc décidé de procéder à une restitution écrite des réflexions du groupe. La première mission devait consister en un « simple » résumé du texte, qui serait ensuite complété par des billets rédigés indépendamment les uns des autres, sur des points précis que l’on souhaitait développer. Nous vous proposons donc ici ce premier résumé servant de point de départ à notre réflexion.

Continuer la lecture de « Kinship as a relation » ou la promesse d’une réunion mouvementée – séance du 15/01/2018