Premières Rencontres annuelles EnCoRe

 

Après 6 mois d’existence, le groupe EnCoRe a tenu ses premières Rencontres annuelles (RA) dans le Lubéron, accueilli chez les protagonistes de La sociologue et l’Ourson pour deux journées de travail. A cette occasion, le groupe a pu fixer les grandes orientations pour l’année universitaire prochaine, et a achevé la lecture critique de l’ouvrage programmatique After Kinship de Janet Carsten (2004) dont un résumé général, puis un résumé par chapitre, seront proposés prochainement sur ce carnet.

Les bases de plusieurs projets de moyen et long terme ont été jetées, notamment :

  • la présentation d’une ou plusieurs propositions de panel(s) pour la prochaine édition de l’Association Française de Sociologie qui aura lieu en 2019 ;
  • un pré-projet d’ouvrage collectif sur les approches relationnelles en socio-anthropologie anglophone et francophone ;
  • la première Journée d’étude coordonnée par EnCoRe, prévue pour le printemps 2019.

Ces Rencontres ont également été l’occasion de discuter de la notion de « personne relationnelle », plus particulièrement au travers des débats sur le statut de l’embryon et de l’être anténatal.1

 

Après ces premières RA, le groupe EnCoRe prend un mois de pause estivale et se retrouvera à Paris à l’occasion du 8e Congrès international des recherches féministes dans la francophonie à Nanterre auquel participeront Léa Linconstant, Manon Vialle, Anaïs Martin et Anne-Sophie Giraud. Cette réunion de rentrée sera l’occasion de faire un premier point sur les propositions reçues dans le cadre de l’appel à contribution du numéro de la revue Emulations « Aux frontières de la parenté » coordonné par Anne-Sophie Giraud, Anaïs Martin et Hélène Malmanche.

 

Nous souhaitons un bel été à tous nos lecteurs et lectrices !

 

 

  1. Giraud Anne-Sophie, 2015, Les statuts de l’être anténatal : un processus d’humanisation « relationnel » –  Assistance médicale à la procréation et mort périnatale, EHESS, Paris, 703 p. []

Professionnel·le·s de l’AMP en Belgique et en Italie (Hélène Malmanche et Léa Linconstant) – Séance du 19/03/18

Pour sa séance de mars, le groupe EnCoRE s’est réuni autour de travaux en cours d’Hélène Malmanche et de Léa Linconstant sur les professionnel·le·s de l’assistance médicale à la procréation (AMP).

Hélène nous a présenté un article récemment publié sur les pratiques dans une clinique belge pratiquant la gestation pour autrui1. Puis Léa nous a amenées à réfléchir sur un chapitre de sa thèse, en cours d’écriture, sur les rapports entre parent·e·s d’intention et professionnel·le·s de l’AMP en Italie, leurs discours sur l’infertilité et la place des praticien·ne·s dans ces parcours d’accès à la parentalité, concourant ainsi à l’élaboration de statuts de « patient ordinaire » et de « médecin ordinaire ». Continuer la lecture de Professionnel·le·s de l’AMP en Belgique et en Italie (Hélène Malmanche et Léa Linconstant) – Séance du 19/03/18

  1. Malmanche Hélène, 2018, « Les blouses blanches dans la zone grise. L’exemple d’une pratique médicale de gestation pour autrui, entre silence législatif et jurisprudence compréhensive », dans Coté Isabelle, Courduriès Jérôme et Lavoie Kévin (dir.), Perspectives internationales sur la gestation pour autrui : expériences des personnes concernées et contextes d’action, Presses Universitaires du Québec. []

Annonce – « Mon corps m’appartient » (?) L’enjeu du corps et l’apport des sciences sociales au débat bioéthique, Centre Norbert Elias, 17-18/05/18

[MàJ, 14/06/18 : un compte-rendu des journées par Anaïs Martin à retrouver par ici.]

Léa Linconstant, Hélène Malmanche et Anaïs Martin participeront aux journées d’étude « Mon corps m’appartient » (?) L’enjeu du corps et l’apport des sciences sociales au débat bioéthique organisées par Irène Théry, Agnès Martial et Laurence Hérault au Centre Norbert Élias les 17 et 18 mai 2018. La gestation pour autrui, la maternité solo, l’auto-conservation des gamètes, le vécu des personnes conçues par don en Angleterre, les médecins et patients dans le contexte de l’assistance médicale à la procréation en Italie, l’enfantement avec tiers donneur et la propriété/possession/appartenance du corps, les revendications des personnes intersexes, autant de thématiques qui seront l’occasion de réinvestir les apports des sciences sociales sur la question du corps, notamment dans sa dimension relationnelle. Léa, Hélène et Anaïs interviendront sur leur sujet de thèse respectif (voir le programme et les résumés ci-dessous).

NB :  Entrée libre dans la limite des places disponibles. Pour s’inscrire : irene.thery[at]ehess.fr. Continuer la lecture de Annonce – « Mon corps m’appartient » (?) L’enjeu du corps et l’apport des sciences sociales au débat bioéthique, Centre Norbert Elias, 17-18/05/18

« What is a relationship? » – Compte-rendu de la séance du 19/02/2018

Le groupe EnCoRe s’est réuni ce lundi 19 février 2018 pour discuter collectivement de l’article de Daniel Miller, intitulé « What is a relationship ? Is kinship negotiated Experience ? » publié dans la revue Ethnos en 2007. Cet article a été proposé suite à la discussion de celui de Marilyn Strathern publié dans la revue L’Homme en 2015, « Kinship as a relation ».

Daniel Miller est anthropologue au University College of London. Ses recherches portent principalement sur la culture matérielle et notamment nos relations avec les choses, ce qu’elles disent de nos relations sociales, et les conséquences de la consommation.  Continuer la lecture de « What is a relationship? » – Compte-rendu de la séance du 19/02/2018

« Kinship as a relation » ou la promesse d’une réunion mouvementée – séance du 15/01/2018

     Pour notre réunion mensuelle du mois de janvier 2018, le groupe avait décidé de s’atteler, pour son premier exercice de lecture critique commune, à l’une des figures contemporaines emblématiques de l’anthropologie de la parenté : Marilyn Strathern. Anaïs avait suggéré le texte « Kinship as a relation », paru en 2014 dans le numéro 210 de la revue L’Homme. Le défi qu’elle nous lançait était de taille, à la mesure de l’enthousiasme et de l’énergie que notre tout jeune groupe EnCoRe souhaite déployer dans ses activités de recherche.

     Le processus de lecture que le groupe se proposait de mettre en place pour chaque texte était alors le suivant : une lecture critique individuelle de l’écrit par chaque membre, suivi d’une mise en commun sous forme de tour de table lors de la réunion. Conséquence directe du processus de lecture par des personnes différentes, ou particularité liée à ce texte de Marilyn Strathern, la restitution collective fut édifiante : pour chacune, notre attention avait été retenue par des points différents, ouvrant à chaque nouvelle intervention un éclairage complémentaire, qu’individuellement nous n’aurions probablement pas noté. Face à ce constat de la multiplicité des idées retenues par les unes et par les autres, il fut donc décidé de procéder à une restitution écrite des réflexions du groupe. La première mission devait consister en un « simple » résumé du texte, qui serait ensuite complété par des billets rédigés indépendamment les uns des autres, sur des points précis que l’on souhaitait développer. Nous vous proposons donc ici ce premier résumé servant de point de départ à notre réflexion.

Continuer la lecture de « Kinship as a relation » ou la promesse d’une réunion mouvementée – séance du 15/01/2018

Engendrement, corps, relations : Groupe d'étude autour de l'approche relationnelle du corps sexué et de l'engendrement