Archives de catégorie : Annonces

Participation à des colloques, organisation d’événement, parution d’articles, etc.

Annonce – L’AMP : enjeux d’identité, de parenté et de santé, Centre Norbert Elias, 16-17/05/2019

Léa Linconstant, Hélène Malmanche, Anaïs Martin et Manon Vialle participeront aux journées d’études L’assistance médicale à la procréation : enjeux d’identité, de parenté et de santé organisées par Agnès Martial, Irène Théry, Manon Vialle et Anaïs Martin au Centre Norbert Elias les 16 et 17 mai 2019. Ces journées d’études se dérouleront dans le cadre du séminaire de l’EHESS Marseille Dimension sexuée de la vie sociale ainsi que dans le cadre de l’ANR Origines. Elles seront l’occasion d’explorer divers aspects de l’assistance médicale à la procréation et du don d’engendrement dans une démarche comparative.

Programme

Continuer la lecture de Annonce – L’AMP : enjeux d’identité, de parenté et de santé, Centre Norbert Elias, 16-17/05/2019

Le groupe EnCoRe à l’IDEMEC

Après quelques mois d’absence sur le carnet – mais d’intense travail -, le groupe EnCoRe est ravi d’annoncer qu’il participe au cycle de séminaire organisé par l’IDEMEC (UMR 7307), l’Institut d’Ethnologie méditerranéenne, européenne et comparative d’Aix-Marseille Université. Ce cycle, ainsi que les axes de recherche développés par les membres de l’IDEMEC, entrent en résonance avec les préoccupations de notre groupe : Comment décrire le contenu et la forme des relations de la parenté et/ou bien de celles qui sont liées à l’engendrement ? Comment ces relations s’établissent-elles ? Quelles représentations y sont associées ? Quelle place le corps prend-il dans ces relations ?

Continuer la lecture de Le groupe EnCoRe à l’IDEMEC

Engendrement, enfantement, procréation : “les mots pour le dire”. Problèmes de vocabulaire en socio-anthropologie

A quoi servent les distinctions ?

Comment choisir les termes de la description socio-anthropologique ? Quels mots employer, et pour désigner quoi ? Cette question se pose à tout chercheur, de façon plus ou moins prégnante selon son sujet, et probablement d’autant plus qu’il touche à des notions particulièrement fondamentales de l’existence humaine telles que la mort, la naissance ou la sexualité. Elle m’est venue de manière directe lorsqu’il a fallu désigner la dimension sociale de la grossesse et de l’accouchement dans le cas d’une gestation pour autrui, où précisément le terme de “gestation” semblait inadéquat car il renvoyait la femme qui porte à une fonction biologique au mieux, à un incubateur humain au pire, donnant du grain à moudre à ses détracteurs1. Si la locution “gestation pour autrui” est trop ancrée dans le langage courant pour proposer un changement de termes, la redéfinition de celle-ci semblait nécessaire pour décrire ce qui se passait entre les différents protagonistes de cette action bien particulière, lorsqu’un lien fort se constitue pendant (ou préexiste à) la grossesse entre les “parents d’intention” et la “femme porteuse”2. J’avais à ma disposition une première distinction déjà établie depuis quelques années par Irène Théry3. Partant de sa lecture de l’ouvrage de Luc Boltanski La condition fœtale. Une sociologie de l’engendrement et de l’avortement4, elle reprendra le terme “d’engendrement” dans un sens bien précis :

Continuer la lecture de Engendrement, enfantement, procréation : “les mots pour le dire”. Problèmes de vocabulaire en socio-anthropologie
  1. Voir par exemple Agacinski Sylviane, Corps en miettes, Paris, Flammarion, 2009. []
  2. Déjà ici, ces termes se rapportent à un contexte particulier, en l’occurrence français ; en Belgique, les “parents d’intention” sont couramment dénommés “parents commanditaires”, et les “femmes porteuses” (ou “gestatrices”) sont appelées “mères porteuses”, sans qu’aucune signification péjorative n’accompagne ces termes. En France, “commanditaires” renvoie à la marchandisation et à la réification à la fois de l’enfant et du corps de la femme qui porte, et “mère porteuse” entretient la suspicion de séparation affective voire d’arrachement de l’enfant d’avec celle qui l’a porté. Le contexte belge n’ayant pas connu de clivage social et politique entre des “anti” et des “pro” gestation pour autrui, il n’y a pas eu de nécessité rhétorique de marquer les oppositions par des vocables différents. []
  3. Théry Irène, “Avortement, engendrement et singularisation des êtres humains”, Annales. Histoire, Sciences Sociales, vol. 61, Éd. de l’EHESS, 2006, p. 483–503, disponible ici ; Des humains comme les autres : bioéthique, anonymat et genre du don, Paris, Éd. de l’EHESS, 2010 ; “Les ambiguïtés du modèle bioéthique français”, Esprit, no 11, 2010, p. 32‑54, disponible ici. []
  4. Boltanski Luc, La condition fœtale. Une sociologie de l’engendrement et de l’avortement, Paris, Gallimard 2004. []

Annonce – Appel à contribution : Aux frontières de la parenté (01/11/18)

Nous vous l’annoncions il y a quelques mois  : le groupe EnCoRe coordonnera un numéro de la revue Émulations à paraître en février 2020. Voici l’appel à contribution. Les propositions d’article sont à soumettre le 1er novembre 2018 au plus tard.


Un numéro d’Émulations. Revue de sciences sociales, qui paraîtra en février 2020 aux Presses universitaires de Louvain, sera consacré au thème « Aux frontières de la parenté », sous la direction d’Anne-Sophie Giraud (CNRS, LISST-CAS), Hélène Malmanche (EHESS, CESPRA, EHESP), Anaïs Martin (EHESS, CNE). Continuer la lecture de Annonce – Appel à contribution : Aux frontières de la parenté (01/11/18)