Tous les articles par Anne-Sophie Giraud

Être affectée, se positionner

De 2010 à 2015, de mon master jusqu’à la fin de ma thèse, j’ai travaillé entre autres sujets sur les transformations du vécu parental du deuil périnatal suite aux transformations du changement de statut juridique et social du fœtus à partir des années 19901. Au cours de cette recherche, je n’ai jamais interrogé, dans une démarche réflexive, les conditions de production de mes données. Je me contentais de décrire les aspects « techniques » du terrain (nombre d’entretiens, nombre de lieux observés ou encore nombre de documents analysés). C’est un exercice auquel je m’adonnais d’ailleurs bien volontiers ayant peur que l’on me reproche une représentativité trop pauvre. Mais de ma place sur le terrain, il n’en était fait nulle part mention, cachant ainsi une partie de la scène que j’étudiais. J’étais bien entendu consciente que ce j’observais l’était toujours depuis « un certain point de vue » et que cela influençait mes résultats2). Les différents statuts que j’occupais (femme jeune, blanche, hétérosexuelle et sans enfant3) se sont en effet avérés décisifs dans un terrain composé en totalité (sauf rares exceptions), de femmes blanches de classe moyenne. Je n’avais pas jugé utile de mentionner cette place que j’occupais car je n’étais personnellement pas impliquée – du moins c’est ce que je pensais ou voulais penser – dans mon objet de recherche. J’en voyais la nécessité dans d’autres travaux, où les chercheuses avaient vécu elles-mêmes les situations qu’elles étudiaient : Linda Layne dans l’introduction de son ouvrage Motherhood Lost4 sur la mort périnatale, explique comment sa propre expérience de fausses-couches à répétition et de mort périnatale l’a amenée à travailler sur ce sujet et à fréquenter les milieux associatifs qui ont ensuite constitué son terrain ; Rayna Rapp dans Testing Women, Testing the Fetus5, commence par relater sa propre expérience de l’amniocentèse, soldée par l’interruption de sa grossesse après un diagnostic de trisomie 21, ainsi que sa fréquentation des milieux associatifs. Charis Thompson, dans Making Parents6, évoque quant à elle sa propre expérience de prise en charge en fécondation in vitro (FIV), et les difficultés rencontrées pour avoir un enfant. Je n’avais jamais quant à moi, ni personne dans mon entourage, vécu de mort périnatale. De même, je n’occupais aucun statut professionnel particulier qui m’obligeait à expliciter mon positionnement et qui me permettait d’expliquer mon intérêt pour ce sujet-ci. C’est le cas en revanche d’autres chercheuses, comme les sociologues Maï Le Dû7 ou encore Hélène Malmanche8 occupant simultanément le rôle de chercheuses en sciences sociales, doctorantes, et de sages-femmes. 

Continuer la lecture de Être affectée, se positionner

  1. Anne-Sophie Giraud, « Les statuts de l’être anténatal : un processus d’humanisation “relationnel”. Assistance médicale à la procréation et mort périnatale. » (Thèse de doctorat d’anthropologie sociale et ethnologie, EHESS, 2015); Dominique Memmi, La seconde vie des bébés morts, Editions de l’Ehess, 2011. []
  2. Isabelle Clair, « La sexualité dans la relation d’enquête: Décryptage d’un tabou méthodologique », Revue française de sociologie57, no1 (2016): 45, https://doi.org/10.3917/rfs.571.0045; Christian Ghasarian, « Les désarrois de l’ethnographe », Homme37, no143 (1997): 189‑98, https://doi.org/10.3406/hom.1997.370313; Donna Haraway, « Situated Knowledges: The Science Question in Feminism and the Privilege of Partial Perspective », Feminist Studies14, no3 (1988): 575, https://doi.org/10.2307/3178066; M. Weber, L’éthique protestante et l’esprit du capitalisme ; précédé de Remarque préliminaire au recueil d’études de sociologie de la religion, I ; et suivi de Les sectes protestantes et l’esprit du capitalisme, trad. par I. Kalinowski, Champs (Flammarion (Firm []
  3. Même s’il n’y a aucune équivalence entre couleur de peau et statut social.  []
  4. Linda L. Layne, Motherhood Lost. A Feminist Account of Pregnancy Loss in America(Ed. Routledge, 2003). []
  5. R. Rapp, Testing Women, Testing the Fetus: The Social Impact of Amniocentesis in America, Anthropology of everyday life (Routledge, 1999). []
  6. Charis Thompson, Making Parents. The Ontological Choreography of Reproductive Technologies, The MIT Press (Cambridge, Massachusetts, 2005). []
  7. « Toucher pour soigner : le toucheur traditionnel, le médecin et l’ostéopathe : un nourrisson entre de bonnes mains » (thesis, Paris 8, 2017), http://www.theses.fr/2017PA080041. []
  8. « Corps, enfantement, filiation. L’institution de la parentalité contemporaine » (Thèse de doctorat de sociologie, EHESS – Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales, en cours). []

“What is a relationship?” – Compte-rendu de la séance du 19/02/2018

Le groupe EnCoRe s’est réuni ce lundi 19 février 2018 pour discuter collectivement de l’article de Daniel Miller, intitulé « What is a relationship ? Is kinship negotiated Experience ? » publié dans la revue Ethnos en 2007. Cet article a été proposé suite à la discussion de celui de Marilyn Strathern publié dans la revue L’Homme en 2015, « Kinship as a relation ».

Daniel Miller est anthropologue au University College of London. Ses recherches portent principalement sur la culture matérielle et notamment nos relations avec les choses, ce qu’elles disent de nos relations sociales, et les conséquences de la consommation.  Continuer la lecture de “What is a relationship?” – Compte-rendu de la séance du 19/02/2018