Présentation des travaux d’Anaïs Martin et d’Anne-Sophie Giraud – Séance du 28 mai 2018

Pour sa séance de mai, le groupe EnCoRE s’est réuni autour des travaux en cours d’Anaïs Martin et d’Anne-Sophie Giraud. 

Anne-Sophie a présenté un article en anglais en cours de rédaction portant sur une des conclusions de sa thèse1 : l’organisation de statuts liminaires spécifiques pour l’embryon in vitro et le fœtus mort telles que peuvent les penser la société française. Ces statuts sont organisés autour de situations de choix institués accordés aux individus, et en particulier aux « engendreurs ». C’est à eux de choisir, mais surtout d’assumer la responsabilité du statut qu’ils accordent à leurs embryons ou leurs fœtus. Mais cette palette de choix est strictement encadrée et instituée par les institutions, inscrite dans un corpus législatif extrêmement précis qui organise notamment les seuils temporels qui vont devenir des seuils normatifs et borner cette marge de possibles.

Les discussions autour de cet article ont permis de réfléchir sur la notion de liminarité, prélude au numéro d’Emulation qu’EnCoRe coordonnera pour février 2020.

Puis Anaïs nous a exposé un résumé de la présentation qu’elle a réalisée lors des journées d’étude organisées au Centre Norbert Elias les 17 et 18 mai 2018 autour du corps et auxquelles ont également participé Léa Linconstant et Hélène Malmanche. Elle nous a présenté une partie des premiers résultats de son enquête de terrain menée en Angleterre d’octobre 2017 à février 2018 sur les personnes issues de don2. Elle a évoqué l’impact des tests génétiques et des sites internet de généalogie sur les savoirs sur la parenté et plus particulièrement sur les démarches de recherche des origines. En se centrant sur l’exemple d’un groupe d’adultes issu·e·s du même donneur de sperme, Anaïs a abordé les divers questionnements auxquels ces personnes font face dans l’établissement de relations d’un genre nouveau (comment désigner les personnes issues d’un même don que soi, doit-on s’envoyer une carte à Noël ? …).

Ces deux présentations, riches, ont à nouveau généré de nombreuses discussions stimulantes.

Crédit image (à la une) : DNA Scarf par The Bees, Licence CC BY -NC 2.0

  1. Giraud Anne-Sophie, 2015, Les statuts de l’être anténatal : un processus d’humanisation « relationnel » –  Assistance médicale à la procréation et mort périnatale, EHESS, Paris, 703 p. []
  2. Vous pouvez retrouver les aventures d’Anaïs Martin sur son carnet Hypothèse Entre le zist et le zest []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.