par Rob Zand

“What is a relationship?” – Compte-rendu de la séance du 19/02/2018

Le groupe EnCoRe s’est réuni ce lundi 19 février 2018 pour discuter collectivement de l’article de Daniel Miller, intitulé « What is a relationship ? Is kinship negotiated Experience ? » publié dans la revue Ethnos en 2007. Cet article a été proposé suite à la discussion de celui de Marilyn Strathern publié dans la revue L’Homme en 2015, « Kinship as a relation ».

Daniel Miller est anthropologue au University College of London. Ses recherches portent principalement sur la culture matérielle et notamment nos relations avec les choses, ce qu’elles disent de nos relations sociales, et les conséquences de la consommation. Dans cet article, Miller s’attaque à un objet qui lui est peu familier, la parenté. Dans une première partie, il discute des travaux de Janet Carsten, et en particulier de ses ouvrages The Heat of the Hearth : The Process of Kinship in a Malay Fishing Community (1997) et Cultures of Relatedness : New Approaches to the Study of Kinship (2000). Carsten y développe une approche des relations comme processus. Sa principale contribution est en effet d’avoir montré que les relations de parenté peuvent se former et se développer lors des expériences quotidiennes, telles que celles qui se développent au sein d’une maison, lors du partage de la nourriture par exemple. Cette approche diffère fortement de celle qui était jusqu’alors privilégiée par les études de parenté, centrée sur les catégories et les structures, approche qui laissait peu de place à la flexibilité et au changement des normes et des pratiques1.

Bien que reconnaissant le caractère novateur et nécessaire de l’approche développée par Carsten, Miller semble toutefois s’inquiéter des possibles travers qu’elle pourrait engendrer chez ses lecteur.rice.s, commentateur.rice.s et successeur.e.s, par exemple l’oubli de ce qu’il appelle la « parenté formelle » (formal kinship). Il la définit comme l’ensemble des comportements hautement prescriptifs liés à un statut, comme celui de père ou d’époux, et ce quelle que soit l’expérience réelle vécue des personnes (p.538-539). Cette “parenté formelle” serait ce que l’on pourrait désigner autrement sous le terme de “normes” de parenté. Elle semble, dans la description qu’en donne Miller, avoir une existence propre, préexistante aux individus, sur laquelle les acteur.rice.s n’ont aucune emprise. Miller prend l’exemple de l’ouvrage l’anthropologue Parreñas, Children of Global Migration (2005), pour illustrer les travers d’une vision uniquement processuelle de la parenté. Parreñas étudie la séparation des familles philippines en contexte migratoire, et notamment la relation entre les mères parties travailler dans un pays étranger et leurs enfants resté.e.s au pays. Selon lui, elle explique que les mères tendent à ne pas être vues comme telles par leurs enfants car elles n’ont plus les comportements attendus d’une mère – ceux de subvenir aux besoins affectifs et nutritifs de leurs enfants. Miller conclut au décalage entre dimension pratique et dimension normative de ces relations, décalage accentué par la complexification de la parenté contemporaine (diversifications des modèles familiaux, séparations et mobilités) : au lieu que les pratiques modifient les normes (ici celles liées à la maternité et à la paternité), elles s’en éloignent et forment un fossé. Ceci s’oppose, selon lui, à une parenté comme processus, qui ne serait le produit que de pratiques modifiant les normes quasi-automatiquement. Miller argue qu’au lieu d’appréhender uniquement la parenté comme un processus, il faut s’intéresser à ces décalages entre le normatif et l’expérientiel, entre les rôles et les comportements réels, autrement dit la réalité de l’expérience des acteur.rice.s. Parenté comme processus et normes de parenté s’opposent ainsi irrémédiablement pour l’auteur. Il reprend la définition classique de la personne comme ayant un noyau immuable sur lequel s’ajouteraient des couches de relations, pouvant parfois rentrer en conflit avec cette intériorité et l’expérience des personnes.

Dans une deuxième partie, Miller s’attache à interroger la notion de « relations » (relationship), à partir de définitions Emique et Etique, celle qu’en donnent des londoniens – principalement des connaissances et ami.e.s. de l’auteur –, et celle qu’en donnent les sciences – la philosophie, la psychologie et l’anthropologie. Tandis que la philosophie chercherait non pas à décrire les relations quotidiennes mais uniquement à définir ce que serait une relation idéale (par exemple l’amour), la psychologie s’efforcerait de décrire les différentes composantes d’une relation en des termes universels (par exemple l’amour serait composé de l’intimité) afin de « réparer » celles qui sont défectueuses. Il apparaît enfin que la définition dans le langage courant de la relation est une définition euphémisante des relations sexuelles. “Being in a relationship” signifie en effet en anglais que des personnes sont ensemble et ont au moins de temps en temps, des relations sexuelles. Miller ne synthétise toutefois pas l’ensemble de ces définitions et ne répond pas à sa question de départ, autrement dit « qu’est-ce qu’une relation ? ». Sans finalement définir ce qu’est une relation, l’auteur s’empare en revanche de la définition courante pour appuyer son propos précédent : confrontés à la diversité des pratiques contemporaines en matière de parenté, les individus se trouveraient dans la difficulté d’en donner une définition consistante.

Malgré des pistes de réflexions intéressantes – notamment celles sur l’écart entre le normatif et l’expérientiel, le texte soulève toutefois quelques questionnements et remarques : on se demande par exemple l’intérêt d’explorer les définitions de la relation par différentes disciplines (dont il ne motive pas le choix), sans qu’au final Miller en propose une. Par ailleurs, la différence qu’il effectue entre rôles et comportements/expériences, reprend l’acceptation de la société vue comme une scène composée de coulisses, dans lesquelles les acteur.ice.s pourraient se défaire des rôles qui leur incombent et retrouver leur vrai “moi”. Ainsi selon Miller il y aurait : 1) une parenté formelle, autrement dit une norme accompagnée d’un ensemble d’attentes et de comportements attendus liés aux rôles, comme celui de père ou d’enfant ; 2) et une réalité de l’expérience des acteur.ice.s, qui serait seule accessible à l’acteur.rice. elle/lui-même dans son intériorité propre. Or ce moi ou du moins l’expérience des personnes, souligne Miller, pourrait entrer en conflit avec les normes de parenté notamment, entre le comportement attendu et le comportement réel.

Toutefois, cette distinction opérée par Miller ne laisse pas de place au changement. Dans sa définition, les normes de parenté apparaissent comme une entité immanente et intemporelle. C’est ainsi qu’il explique la complexité contemporaine. Les normes de parenté ne changeant pas, au contraire des comportements et expériences des personnes, l’écart entre les deux se creuserait.

Une approche relationnelle “maussienne” apporte une vision différente de celle de Miller en ce qu’elle considère l’institution comme le fondement même de la vie humaine, permettant aux personnes d’agir et de pâtir à la manière humaine. Il n’y aurait par conséquent pas de dissociations entre le normatif et l’expérientiel puisque ce sont précisément ces normes qui permettraient aux personnes d’agir dans le monde social, finalement de vivre à la manière humaine, même s’ils peuvent ne connaître que partiellement ces normes, refuser de les respecter ou les contourner ou les contourner. In fine, ces normes peuvent évoluer sous l’effet des pratiques des acteur.rice.s. Dans cette optique, la distinction entre normes de parenté et parenté comme processus perd son sens, les deux dimensions étant confondues.

Références :

Carsten, Janet. 1997. The Heat of the Hearth: The Process of Kinship in a Malay Fishing Community. Oxford: Clarenton Press.

  • 2000. Cultures of Relatedness : New Approaches to the Study of Kinship. Cambridge: Cambridge University Press.

Miller, Daniel. 2007. What is a relationship? Is Kinship Negotiated Experience?, Ethnos, 72:4, 535-554.

Parreñas, Rhacel. 2005. Children of Global Migration: Transnational Families and Gendered Woes. Stanford: Stanford University Press.

Crédits image (à la une) : Mind the Gap par Rob Zand, Licence CC BY -NC 2.0

 

  1. L’ouvrage de Janet Carsten, 2004, After Kinship, Cambridge University Press []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.