Manon Vialle, “Infertilité ‘normale’ vs infertilité ‘pathologique’ ” – Séance du 04/12/17

Les membres du groupe EnCoRe se sont réunies pour la première fois le 4 décembre 2017. La séance a été dédiée à la soutenance blanche de Manon Vialle pour sa thèse de doctorat en sociologie intitulée  Infertilité “normale” vs infertilité “pathologique” : une opposition en question. Normes et pratiques françaises de l’AMP face à l’infertilité féminine liée à l’âge.

L’objet de la thèse de Manon Vialle est de questionner le modèle bioéthique français encadrant l’accès à l’AMP, et en particulier, le fait qu’il repose sur une opposition entre deux infertilités pour spécifier le permis et l’interdit en matière d’accès à l’AMP. Les infertilités qualifiées de “pathologiques” sont considérées comme légitimes pour une prise en charge, et les infertilités qualifiées de “normales” sont considérées comme illégitimes. Elle interroge cette opposition à la fois légale et morale à travers l’étude spécifique du traitement de l’infertilité féminine liée à l’âge. Elle part en effet du postulat que cette infertilité liée au processus naturel du vieillissement ovarien, progressive au fil des âges, mettant en jeu la qualité et non seulement la quantité de la réserve ovarienne, ainsi que la dimension temporelle de ce processus, permet de questionner fortement la limite du normal et du pathologique et les représentations de l’infertilité.

À partir de deux enquêtes de terrain, l’une menée auprès de professionnels de l’AMP prenant en charge l’infertilité, et l’autre menée auprès de femmes confrontées à une infertilité liée à l’âge, elle montre par l’étude des discours sur les pratiques que l’infertilité ne peut être réduite à sa dimension biologique et à une stricte opposition entre normal ou pathologique. L’infertilité apparaît comme étant pluridimensionnelle ; à la fois biologique mais aussi toujours sociale, relationnelle et temporelle, invitant ainsi à dépasser les oppositions fondatrices actuelles du cadre légal de l’AMP pour définir le permis et l’interdit.

Le groupe a ainsi eu l’occasion de discuter des grands apports de la recherche de Manon sur la définition de l’infertilité, les perceptions de la maternité et les contradictions du modèle bioéthique français. Grâce à la présentation de son travail et au débat qui a suivi, nous avons pu explorer certaines questions à la lumière de l’approche relationnelle telle que la distinction entre les catégories de seuils / marges / confins / zone grise / frontières qui feront l’objet de discussions ultérieures.

Manon Vialle a soutenu avec succès le 11 décembre 2017. Nous félicitons la nouvelle docteure !


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.