Trois journées d’étude à l’Université Toulouse Jean Jaurès sur l’âge, le genre et la parenté

Dans le cadre de l’enseignement de master 1 « Anthropologie du genre, de la parenté et de la sexualité » dirigé par Jérôme Courduriès (MCF, LISST-CAS), trois journées d’étude seront organisées le 25 octobre, le 8 et 15 novembre. Elles se dérouleront à l’Université Toulouse Jean Jaurès, dans l’amphi ODG3 au bâtiment Olympes de Gouges, de 9h à 17h.

EnCoRe y participe ! 

25 octobre 2019 : Effets de l’âge et du genre dans les enquêtes ethnographiques, organisée par Mélanie Jacquemin (IRD, LISST-CAS) et Anne-Sophie Giraud (LISST-CAS)

8 novembre 2019 : Corps donné, corps greffé, corps augmenté, organisée par Jérôme Courduriès et Anne-Sophie Giraud

15 novembre 2019 : Homoparentalités. Questions de parenté (programme à venir), organisée par Jérôme Courduriès, Chloé Chassagnac et Estelle Tzotzis (doctorante LISST-CAS).

Les journées sont ouvertes à tous et toutes, sous réserve de places disponibles. 

 

 

25/10 : Effets de l’âge et du genre dans les enquêtes ethnographiques

 

Matinée : 9h-12h30

 

Introduction par Anne-Sophie Giraud (CNRS, LISST-CAS) et Mélanie Jacquemin (IRD, LISST-CAS)

 

Le sexe de l’enquête

Par Agnès Fine, anthropologue, directrice d’études émérite à l’EHESS

En quoi le sexe de l’enquêteur et celui de l’enquêtée ont-ils des effets sur le contenu des enquêtes ? Telle est la question posée par les deux auteures du livre qui porte ce titre et que je présenterai. Je préciserai dans un premier temps en quoi la relation d’interlocution entre deux personnes est au fondement de l’enquête ethnologique, ce qui nous permettra ensuite, à partir d’exemples, de montrer que le contenu d’un entretien dépend des rapports sociaux d’interlocution, parmi lesquels l’appartenance sexuée, elle-même inséparable de l’âge et du statut social, ainsi que leurs rapports avec l’objet des échanges sont déterminants.

 

De la vieillesse à la jeunesse : où comment le terrain guide l’ethnographe
Par Béatrice Lecestre-Rollier, anthropologue, MC-HDR, Université Paris Descartes-Sorbonne Paris Cité/Cerlis

En partant de ma pratique ethnographique au Maroc, je montrerai comment c’est du terrain qu’ont émergé mes thématiques et mes questionnements de recherche. Partageant, sur le terrain, l’intimité de familles marocaines, en milieu rural comme urbain, j’ai été à même de m’interroger sur l’ensemble des solidarités familiales qui se nouent et se dénouent au fil du temps. C’est à partir de cette expérience que j’ai pu mener ensuite des enquêtes sur la prise en charge des personnes âgées et, d’une façon plus générale, des dépendants, lesquelles ont débouché sur mes interrogations actuelles sur la jeunesse, plus spécifiquement masculine.

Je m’interrogerai ce faisant sur la valeur de l’intimité et de l’observation participante sur le déroulement de mes recherches, sur mes relations aux enquêtés en lien – ou au contraire en dépit – de mon âge et de mon sexe, ainsi que sur l’intérêt de ne pas enfermer la recherche dans des cadres prédéfinis.

 

Deux épreuves ethnographiques en Établissement d’Hébergement pour Personnes Âgées Dépendantes (EHPAD) : La peur du dégoût et la gestion des silences
Par Laura Guérin, sociologue, CeRies, Université de Lille 3

Cette présentation revient sur une ethnographie du repas en maison de retraite médicalisée, réalisée dans le cadre d’une thèse de doctorat à l’École des Hautes Etudes en Sciences Sociales, soutenue en 2016. Que faire du malaise de début de terrain relatif à une immersion en Ehpad, institution presque inconnue, et des silences qui pèsent lourdement sur de nombreuses situations d’enquête. Plutôt que d’y voir des écueils personnels uniquement, nous analysons en quoi ces difficultés constituent des «épreuves ethnographiques» (Fassin & Bensa, 2008): non seulement des contraintes de l’enquête, mais aussi des résultats qui font prendre la mesure du travail ordinaire en Ehpad et interrogent les conditions pratiques de la recherche.

 

Après-midi : 14h-17h

Qu’est-ce qu’un-e enfant trans ? Les enjeux épistémologiques et politiques de la construction d’un terrain en pédopsychiatrie
Par Andræ Thomazo, doctorant en anthropologie à l’IDEMEC, l’Université Aix-Marseille 1

Se poser la question de la définition de la transidentité chez l’enfant porte en germe le risque de la pathologisation. En effet, historiquement, les psychiatres ont cherché à comprendre et discerner dans la construction infantile les prémices d’une identité de genre « anormale » afin de mettre en place des psychothérapies à même de traiter le « mal » avant qu’il n’ait eu le temps de se figer. A

À l’aune de mon terrain dans un service spécialisé dans la prise en charge des enfants trans, il me fut donc essentiel de rester vigilant face au cadre qui structurait mes interrogations. À ne pas examiner les présupposés théoriques qui sous-tendaient mes questionnements initiaux, je risquais de reconduire des postulats issus de prises de positions éthiques et politiques propres à l’institution médicale. Dans mon intervention, je propose donc d’explorer avec vous l’intrication des questions méthodologiques, politiques et épistémologiques qui ont jalonné mon expérience de terrain.

 

Recherche participative avec des adolescent.e.s travailleurs migrants à Ziguinchor : retours d’un terrain partagé
Par Mélanie Jacquemin (sociologue, IRD, LISST-CAS) et Dorte Thorsen (anthropologue, School of Global Studies, University of Sussex)

Comment produire le point de vue ou la parole des enfants pour en faire un matériau empirique central à l’analyse en sciences sociales ? Cet exposé présente la démarche et les outils méthodologiques d’une recherche socio-anthropologique inscrite dans le courant théorique porté par les (New) Childhood Studies ou la nouvelle sociologie de l’enfance, qui valorise les apports heuristiques d’une approche des enfants comme acteurs sociaux et sujets de droits (Christensen & James, 2017 ; Corsaro, 1997 ; Morrow, 2008 ; Sirota, 2006). À partir d’une rétrospective réflexive sur des enquêtes que nous avons conduites en 2017 et 2018 au Sénégal avec des adolescent.e.s migrant.e.s en situation de travail, nous présenterons en particulier deux outils de collecte participatifs que nous avons expérimentés – le photovoice et de mini-sketchs – en support à des entretiens individuels approfondis ou à des discussions thématiques en focus group, afin d’explorer quelques effets de l’âge et du genre dans la production des données ethnographiques.

Les projets Graines d’anthropologue : enquêter pour que les enfants parlent d’eux, parler d’eux pour que les enfants enquêtent
Par Mélissa Nayral, Anthropologue/ PhD, ATER à l’UT2J, membre du LISST-CAS

Cette présentation rendra compte de divers aspects méthodologiques de ce que peut impliquer un travail de production de connaissance anthropologique avec des enfants de 6 à 10 ans. Pour cela, elle mettra principalement en regard trois projets différents; par leurs chronologies (l’un est achevé, l’autre est en cours et le dernier en construction) ; leurs contextes de réalisation (insulaire ultramarin pour le premier, rural pour le second, urbain pour le troisième) et leurs supports de restitution (sortie plein air, film, livre). Elle sera également l’occasion de faire appel à d’autres expériences de diffusion scientifique de l’anthropologie auprès d’enfants parfois très jeunes (moins de 5 ans), pour tenter de nourrir les discussions de fond sur ce qui, dans un premier temps, peut permettre aux enfants « d’ouvrir l’œil » sur leur environnement social et culturel.

 

08/11 : Corps donné, corps greffé, corps augmenté

 

Matinée : 9h-12h30

9h15-9h30 Introduction de la journée

Jérôme Courduriès, anthropologue, Maître de conférences, Université Toulouse Jean Jaurès, et Anne-Sophie Giraud, anthropologue, Chargée de recherche en anthropologie, CNRS, LISST-Cas (UMR 5193)

Présidence : Jérôme Courduriès

 

Qu’est-ce qu’un embryon? : paroles catholiques et recherche sur l’embryon

Séverine Mathieu, sociologue, Directrice d’études, École Pratique des Hautes Etudes, GSRL (UMR 8582)

 

Le don d’ovocytes en France : entre impensé du genre et invisibilisation du don

Hélène Malmanche, sociologue, doctorante

 

La greffe d’organes forme-t-elle des personnes « augmentées » ? Le cas de la greffe rénale

Nicolas Peluhet, étudiant en master 2 d’anthropologie, Département d’Anthropologie, Université Toulouse Jean Jaurès

 

Après-midi : 14h-17h

 

Présidence : Anne-Sophie Giraud

 

Vivre amputé et prothésé : une diversité d’expériences

Paul-Fabien Groud, anthropologue, doctorant, Université de Lyon, CNRS, Laboratoire Environnement, ville, société (UMR5600)

 

Oublier le donneur pour mieux accepter le don ? A propos des conditions sociales de la réception d’un don de visage anonyme en France

Marie Le Clainche-Piel, sociologue, ATER, Université Paris 12, CESDIP/CEMS

 

Face, visage, prothèse : hybridation, vicariance et amplification

Florent Destruhaut, Maître de Conférences des Universités, praticien hospitalier, Université Paul Sabatier Toulouse III / CHU Rangueil

 

 

15/11 : Homoparentalités. Questions de parenté.

9h-17h, programme à venir.

 

Au plaisir de vous y voir ! 

 

 

 

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search