Être affectée, se positionner

De 2010 à 2015, de mon master jusqu’à la fin de ma thèse, j’ai travaillé entre autres sujets sur les transformations du vécu parental du deuil périnatal suite aux transformations du changement de statut juridique et social du fœtus à partir des années 19901. Au cours de cette recherche, je n’ai jamais interrogé, dans une démarche réflexive, les conditions de production de mes données. Je me contentais de décrire les aspects « techniques » du terrain (nombre d’entretiens, nombre de lieux observés ou encore nombre de documents analysés). C’est un exercice auquel je m’adonnais d’ailleurs bien volontiers ayant peur que l’on me reproche une représentativité trop pauvre. Mais de ma place sur le terrain, il n’en était fait nulle part mention, cachant ainsi une partie de la scène que j’étudiais. J’étais bien entendu consciente que ce j’observais l’était toujours depuis « un certain point de vue » et que cela influençait mes résultats2). Les différents statuts que j’occupais (femme jeune, blanche, hétérosexuelle et sans enfant3) se sont en effet avérés décisifs dans un terrain composé en totalité (sauf rares exceptions), de femmes blanches de classe moyenne. Je n’avais pas jugé utile de mentionner cette place que j’occupais car je n’étais personnellement pas impliquée – du moins c’est ce que je pensais ou voulais penser – dans mon objet de recherche. J’en voyais la nécessité dans d’autres travaux, où les chercheuses avaient vécu elles-mêmes les situations qu’elles étudiaient : Linda Layne dans l’introduction de son ouvrage Motherhood Lost4 sur la mort périnatale, explique comment sa propre expérience de fausses-couches à répétition et de mort périnatale l’a amenée à travailler sur ce sujet et à fréquenter les milieux associatifs qui ont ensuite constitué son terrain ; Rayna Rapp dans Testing Women, Testing the Fetus5, commence par relater sa propre expérience de l’amniocentèse, soldée par l’interruption de sa grossesse après un diagnostic de trisomie 21, ainsi que sa fréquentation des milieux associatifs. Charis Thompson, dans Making Parents6, évoque quant à elle sa propre expérience de prise en charge en fécondation in vitro (FIV), et les difficultés rencontrées pour avoir un enfant. Je n’avais jamais quant à moi, ni personne dans mon entourage, vécu de mort périnatale. De même, je n’occupais aucun statut professionnel particulier qui m’obligeait à expliciter mon positionnement et qui me permettait d’expliquer mon intérêt pour ce sujet-ci. C’est le cas en revanche d’autres chercheuses, comme les sociologues Maï Le Dû7 ou encore Hélène Malmanche8 occupant simultanément le rôle de chercheuses en sciences sociales, doctorantes, et de sages-femmes. 

Mais une démarche réflexive n’engage pas seulement la place du ou de la chercheur.se (appartenant à un genre, une sexualité, une couleur de peau), mais aussi ses affects et ceux des enquêté.e.s. Comme dans toutes interactions sociales, le terrain, les observations et les entretiens, « engagent une certaine émotions »9. Comme l’explique Ruth Behar10), il y a dans l’imaginaire anthropologique classique11, l’idée que l’observateur est détaché et objectif, alors que les « sujets d’étude » sont vulnérables et producteurs d’émotions. Cette posture est parfaitement visible dans mes comptes-rendus d’entretiens et mes carnets de terrain. Y sont principalement reportées des observations factuelles : description physique de la personne, aspect de la maison, description des intérieurs, de la configurations des lieux. Y sont également notés soigneusement les pleurs, les silences, la gêne ou l’enthousiasme des enquêté.e.s. Je ne dis rien en revanche de mes émotions qu’ont suscités ces scènes ou ces récits et qui ont pu interférer ou participer à la production de mes données, alors même que c’est d’eux dont je me souviens le plus. La scène se trouve amputée d’une de ses parties, hors de portée de l’analyse anthropologique. 

C’est ce point précis que je souhaite ici développer : la façon dont mes affects et ceux de mes enquêté.e.s ont impacté à la fois la production et l’analyse de mes données. Les stratégies que je développais pour éviter d’être submergée par la souffrance des personnes endeuillées, mais aussi parfois pour simplement adoucir la gêne ressentie par l’intrusion dans l’intimité des gens, ont en effet eu une influence sur mon terrain et mes résultats. Les situations d’entretiens en particulier étaient difficiles. Les personnes, revivant en même temps qu’elles me racontaient la mort de leur enfant, pleuraient systématiquement. Elles ont partagé avec moi des souvenirs extrêmement durs que toute personne, mais plus encore il me semble, que tout parent ne devrait pas vivre. Cette souffrance m’a empêchée, au bout d’une dizaine d’entretiens, de les retranscrire moi-même12. Revivre ces situations une seconde fois, entendre à nouveau ces histoires difficiles, ces récits de souffrance, m’était devenu impossible. Un entretien avec une femme d’une cinquantaine d’année, qui avait eu d’autres enfants ensuite, est à ce titre exemplaire. Elle me raconte qu’il y a près d’une vingtaine d’années, à l’époque où la norme à l’hôpital consistait à soustraire au regard le corps du fœtus mort et à le considérer comme un « produit innomé »13, elle n’avait pas pu voir celui qu’elle nomme son enfant. Elle m’explique qu’après l’annonce de la mort au cours d’une échographie de contrôle, son gynécologue avait programmé un « curetage ». Elle le regrette et en souffre terriblement. L’opération ayant eu lieu il y a longtemps, la description qu’elle en fait est très vague. Elle se pose encore beaucoup de questions sur ce « curetage », et commence à me questionner à ce sujet, sur les raisons pour lesquelles elle n’avait pas pu voir le corps. La douleur de cette femme est d’autant plus vive qu’elle n’a pas de réponse. Me tortillant sur ma chaise, dans le salon de cette femme, je me vois « forcée » sur sa demande de lui expliquer qu’un curetage désigne l’opération de vider l’utérus de son contenu, que ce soit des restes placentaires ou d’un fœtus (dans le cas d’un avortement par exemple). Cette explication provoque immédiatement des pleurs. Elle finit par déclarer que si elle n’a pas vu le corps, c’était donc parce qu’il n’y avait plus de corps présentable. Je m’empresse de lui dire que le curetage avait peut-être été effectué après l’accouchement proprement dit, et qu’il faudrait demander des précisions au gynécologue qui avait pratiqué l’intervention et qui la suit toujours. Face à cette femme en pleurs, j’essaie de retenir mes larmes. Au-delà de la difficulté d’assister à un tel déferlement de douleur, je suis dans une situation extrêmement inconfortable et nouvelle pour  moi qui m’affecte profondément. La situation d’entretien s’est inversée : je suis placée dans la position de celle qui informe « d’une vérité » (quoique cela puisse signifier) qui était jusqu’alors impensable et indicible. Cette femme m’oblige à sortir de mon rôle de « recueilleuse14» d’histoire pour prendre celui de l’informatrice, de la détentrice d’informations dont je ne suis même pas certaine. D’observatrice passive15, je deviens à proprement parler une interlocutrice, engagée dans l’interaction16. Cette femme m’oblige à prendre conscience que je suis en effet toujours engagée17 dans la situation d’entretien, que je le veuille ou non. « Chaque position implique de se positionner dans un statut et un rôle », note L. Hérault18 au sujet de la situation d’observation, et continue-t-elle, il est difficile « d’être un auditeur « extérieur » (sorte de mouche sur le mur) ». Si j’étais habituée à occuper cette place de « recueilleuse », cette femme m’imposait d’assumer un rôle que je refusais, et pour lequel je n’avais aucune légitimité. Cette illégitimité à délivrer une information médicale incertaine, me renvoyait également au caractère illégitime que peut revêtir pour moi l’entretien ethnographique même (qu’en retirent les enquêté.e.s ?), alors qu’il faudrait au contraire assumer pleinement cette situation et son utilité pour les deux parties19.

Cet entretien m’affecta si profondément que, ne souhaitant par la suite ni le ré-écouter ni même le relire, j’ai fini par l’exclure de mes données. Cette expérience et ma décision de supprimer – par défaut – cet entretien de mes données s’inscrit pour moi dans la suite d’une entreprise de maîtrise et d’effacement des affects que pouvaient susciter chez moi ces récits de deuil ou ces situations particulières, afin de viser un recueil des données efficace. La plus notable des stratégies d’évitement des affects que j’adoptais, et qui m’a ensuite été reprochée, fut d’établir un questionnaire très fermé – alors même que l’entretien se déroulait comme un récit de vie –, afin de me souvenir de poser toutes mes questions, de ne pas me laisser emporter par le récit. Cette grille me servait à la fois d’outil d’enquête mais aussi d’outil de résistance et de maîtrise des affects (des miens comme ceux de mes enquêté.e.s). Je l’utilisais pour m’exclure de la scène de l’entretien et me « désengager ».  J’avais utilisé ma méthodologie, sans réellement en prendre conscience, comme un moyen de réduire l’angoisse, de manière défensive, au lieu de le faire en connaissance de cause20, au lieu donc d’en faire « un paramètre de la situation d’enquête »21. Cette explication, entendable, a été de fait soigneusement et systématiquement évincée de ma recherche. 

Les deux années qui ont suivi ma thèse, en changeant d’objet d’étude, m’ont permis de réfléchir sur la nécessité d’expliquer ma position et les stratégies que j’avais pu adopter pour faire face à ces affects et comment ils avaient pu « affecter » en retour mes données. Ce n’est en effet que lors de mon premier terrain de post-doctorat dans les Hauts-de-France portant sur le vécu des personnes atteintes de mucoviscidose et de Fibrose Pulmonaire Idiopathique (F.P.I.) en période pré-greffe, que j’ai considéré ces affects, jusqu’alors soigneusement éliminés, comme faisant partie intégrante de mes données. Peut-être est-ce que cet objet résonnait moins en moi de façon personnelle, quoiqu’il en soit, c’est uniquement à ce moment-là que je me suis permise de noter ces affects qui parfois me submergeaient. Il y avait tout d’abord le dégoût – affect précieux pour comprendre le monde social même quand il est éprouvé par le ou la chercheur.se22– face aux crachats. Les personnes atteintes de mucoviscidose effectuent régulièrement des examens cytobactériologiques de crachats dans le but de rechercher une infection pulmonaire. Les crachats sont recueillis chaque fois dans des pots à prélèvement. Je débute mon terrain avec une profonde angoisse. Je ne sais pas comment je vais réagir face à ces crachats, y étant très sensible. La première observation que je réalise d’une consultation est mon baptême du feu. Je suis en blouse blanche, dans un coin de la pièce, à côté du bureau des soignants. Je regarde la scène de la kinésithérapeute et de l’infirmière qui s’occupe du patient qui effectue son prélèvement en vue de l’examen cytobactériologique. La kinésithérapeute vient ensuite m’agiter sous le nez le pot de prélèvement contenant une énorme glaire verdâtre, afin de m’en montrer la consistance épaisse. Elle me prend à parti, car elle n’est pas contente de son patient. Il ne s’est pas assez hydraté, le crachat extrêmement épais en est le témoin. La vision de cette masse verdâtre provoque chez moi une réaction de dégoût que je réussis (du moins je l’espère), à parfaitement maîtriser. Ma réaction, mon dégoût, participe de cette « connaissance par corps », dont faisaient état D. Memmi et P. Arduin dans leur enquête sur les personnes SDF23. Par le renversement des positions, il s’agit de questionner ce que nos propres réactions peuvent dire de notre objet d’étude. Ma propre réaction face aux expectorations produites par ces personnes, est en effet un paramètre d’enquête car il informe du statut des substances corporelle, ici du crachat, dans une situation sociale donnée. Les personnes atteintes de mucoviscidose témoignent qu’elles sont souvent l’objet de réactions de dégoût ou d’agacement dans leur entourage, en raison de leurs toux et crachats, dans un contexte où il est attendu de discipliner et contrôler son corps dans l’espace public. Certain.e.s malades vont pour cette raison éviter de cracher en public, ce qui peut leur être néfaste à long terme, leurs bronches s’encombrant au fur et à mesure. La maîtrise de ma réaction informe également de la situation et du cadre social dans lesquels était produit ce crachat. Le cadre médical de la consultation, où il est normal de cracher, et même où le patient est enjoint expressément de le faire (l’absence de crachat est vécu comme un échec et même parfois comme une non-observance des patient.e.s par les professionnel.le.s, car indiquant que le ou la patient.e n’est pas capable de faire ses exercices de kinésithérapie respiratoire), rend la production de ce crachat normal et nécessaire. La consultation médicale, et le milieu médical en général, est très clairement défini et structuré. Il nécessite et permet la maîtrise des affects (dégoût, tristesse, écœurement, etc.), et ceci passe notamment par la gestion non seulement des substances corporelles, étroitement contenues (pots à prélèvement, compresses, tubes, etc.), mais aussi par la gestion des émotions de la part à la fois des professionnel.le.s et des patient.e.s. Il n’est pas attendu que les patient.es. « s’épanchent » dans le cadre d’une consultation, comme il n’est pas attendu voire même il est proscris que les professionnel.le.s puissent montrer leur dégoût face à leurs patient.e.s. La blouse blanche que je porte implique que je me conforme au rôle du professionnel.le., même si je n’en ai pas ni le statut ni les attributions24. Dans le cadre de la consultation, avec les caractéristiques et les contraintes propres au milieu médical, la réaction de chacun des participant.e.s à la scène est en quelque sorte écrit : il est du devoir de la praticienne de noter la non-observance de son patient, comme il est de mon devoir, en tant que participante à la scène de la consultation, de ne rien laisser transparaître, d’autant plus quand je porte une blouse blanche. A l’inverse, le cadre de l’entretien ethnographique est une situation sociale particulière25, mal définie, et perçue différemment par les participant.e.s. Il peut arriver que l’ethnologue soit vu comme un « psy » qui apportera des solutions, ou comme le relai de revendications sociales. Le cadre de l’entretien nécessite par conséquent sans cesse des ajustements et des éclaircissements de la position de chacun des protagonistes. De même, les « débordements » que peuvent produire cette situation ne sont pas pris en charge par une institution, mais reposent sur un seul individu, l’enquêteur.ice. 

Il n’est pas ici dans mon intention d’écrire un article exhaustif et bien documenté de la question des affects dans l’analyse ethnographique. Il s’agit plutôt de profiter du format du billet de blog pour proposer une réflexion sur cette question. C’est suite à cette enquête de post-doctorat que j’ai perçu la nécessité de relire mes données par le prisme de mes affects, mais aussi d’analyser les situations dans lesquelles ces affects avaient pu ou non être analysés comme données d’enquête. Les sciences sociales appréhendent depuis longtemps les affects comme des objets analysables et objectivables. Elles reconnaissent également depuis longtemps la subjectivité du ou de la chercheur.se26). La neutralisation des affects et de la subjectivité n’est ni une position tenable ni même souhaitable, car les émotions et réactions éprouvées dans les situations d’enquête participent des données du terrain. Sans doute que cette expulsion des affects hors de mes données était finalement une réticence plus générale à assumer que l’on existe sur le terrain et qu’il faut reconnaître cette existence comme on peut observer celle des autres. Peut-être me fallait-il justement éprouver cela et être affecté par mon terrain pour en prendre conscience. Mais peut-être aussi que cette réflexion sur les affects était également nécessaire pour comprendre que dans chaque situation d’observation et d’entretien, il est bien entendu question de subjectivité, mais aussi que cette subjectivité informe des statuts et des rôles27 que nous endossons, parfois contraint forcé ou au contraire délibérément, selon les situations auxquelles nous sommes confronté.e.s et qui constituent notre terrain d’enquête. Mais n’est-ce pas là l’un des but de l’approche relationnelle maussienne ?


Je remercie l’ensemble des membres du groupe EnCoRe pour leurs remarques et corrections.

Image : photo personnelle, 2010, carré des anges, cimetière du sud-est de la France.

  1. Anne-Sophie Giraud, « Les statuts de l’être anténatal : un processus d’humanisation “relationnel”. Assistance médicale à la procréation et mort périnatale. » (Thèse de doctorat d’anthropologie sociale et ethnologie, EHESS, 2015); Dominique Memmi, La seconde vie des bébés morts, Editions de l’Ehess, 2011. []
  2. Isabelle Clair, « La sexualité dans la relation d’enquête: Décryptage d’un tabou méthodologique », Revue française de sociologie57, no1 (2016): 45, https://doi.org/10.3917/rfs.571.0045; Christian Ghasarian, « Les désarrois de l’ethnographe », Homme37, no143 (1997): 189‑98, https://doi.org/10.3406/hom.1997.370313; Donna Haraway, « Situated Knowledges: The Science Question in Feminism and the Privilege of Partial Perspective », Feminist Studies14, no3 (1988): 575, https://doi.org/10.2307/3178066; M. Weber, L’éthique protestante et l’esprit du capitalisme ; précédé de Remarque préliminaire au recueil d’études de sociologie de la religion, I ; et suivi de Les sectes protestantes et l’esprit du capitalisme, trad. par I. Kalinowski, Champs (Flammarion (Firm []
  3. Même s’il n’y a aucune équivalence entre couleur de peau et statut social.  []
  4. Linda L. Layne, Motherhood Lost. A Feminist Account of Pregnancy Loss in America(Ed. Routledge, 2003). []
  5. R. Rapp, Testing Women, Testing the Fetus: The Social Impact of Amniocentesis in America, Anthropology of everyday life (Routledge, 1999). []
  6. Charis Thompson, Making Parents. The Ontological Choreography of Reproductive Technologies, The MIT Press (Cambridge, Massachusetts, 2005). []
  7. « Toucher pour soigner : le toucheur traditionnel, le médecin et l’ostéopathe : un nourrisson entre de bonnes mains » (thesis, Paris 8, 2017), http://www.theses.fr/2017PA080041. []
  8. « Corps, enfantement, filiation. L’institution de la parentalité contemporaine » (Thèse de doctorat de sociologie, EHESS – Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales, en cours). []
  9. Anaïs Martin, « Un brin de terrain #2 : Au cœur des entretiens », Billet, Entre le zist et le zest(blog), 2019, https://zistetzest.hypotheses.org/781. []
  10. The Vulnerable Observer: Anthropology that Breaks Your Heart(Beacon Press, 1996 []
  11. Un imaginaire depuis longtemps déconstruit, car depuis les dernières décennies du 20èmesiècle, nombre de chercheur.se.s ont opéré un travail réflexif sur la démarche ethnographique. Mon but n’est pas ici de revenir sur la « vulnérabilité » de l’ethnologue, mais sur sa fonction et son statut.  []
  12. Je ne pourrai jamais assez remercier ma mère, infirmière libérale, qui a accepté de retranscrire mes entretiens. Cette délégation me semblait d’autant plus « acceptable » vis-à-vis de mes enquêté.e.s, qu’elle était faite par une personne du corps médical, habituée au secret médical et à ces récits difficiles. Forte de son expérience, ma mère m’a également fait des retours, au fil des entretiens qu’elle retranscrivait, de sa propre expérience dans les services d’urgence et de maternité à une « certaine époque ».  []
  13. Memmi,La seconde vie des bébés morts. 2011 []
  14. Pour utiliser la jolie formule proposée Manon Vialle. []
  15. Même si cette passivité n’est qu’illusoire.  []
  16. Charles Goodwin, « Gesture, Aphasia, and Interaction », in Language and Gesture, par David McNeill (Cambridge University Press, 2000). []
  17. Daniel Cefaï, éd., L’engagement ethnographique, En temps & lieux (Paris: Ecole des hautes études en sciences sociales, 2010). []
  18. Laurence Hérault, « Faire de l’anthropologie en “terrain transsexuel” », in L’anthropologie face à ses objets. Nouveaux contextes ethnographiques, Editions des archives contemporaines (Olivier Leservoisier et Laurent Vidal, 2008). []
  19. Je remercie Hélène Malmanche pour ses suggestions, que je me suis permise de reproduire ici. Les éventuelles erreurs d’interprétations n’engagent en revanche que moi.  []
  20. George Devereux et Weston La Barre, De l’angoisse à la méthode dans les sciences du comportement, trad. par Hourya Sinaceur, Champs essais 1038 (Paris: Flammarion, 2012). []
  21. Isabelle Clair, « La sexualité dans la relation d’enquête », 52. []
  22. Dominique Memmi, Gilles Raveneau, et Emmanuel Taïeb, « Introduction: La fabrication du dégoût », Ethnologie française41, no1 (2011): 5, https://doi.org/10.3917/ethn.111.0005. []
  23. Dominique Memmi et Pascal Arduin, « L’enquêteur enquêté. De la “connaissance par corps” dans l’entretien sociologique », Genèses, no35 (1999): 131‑45. []
  24. A chacune de mes observations en milieu hospitalier, ma place d’anthropologue n’était pas réellement explicitée par les professionnel.le.s que je suivais, car comme le note L. Hérault, ce statut mettait dans l’embarras l’ensemble des participant.e.s : les patient.e.s qui ne savaient pas forcément en quoi consistait l’anthropologie, les professionnel.le.s qui trouvaient cela plus facile de m’attribuer le rôle de stagiaires (sages-femmes, gynécologues, biologistes, etc.). voir Laurence Hérault, op.cit.  []
  25. Pierre Bourdieu et al., éd., Le métier de sociologue: préalables épistémologiques, 5. éd (Berlin: Mouton de Gruyter, 2005). []
  26. Paul Rabinow, Pierre Bourdieu, et Tina Jolas, Un ethnologue au Maroc: Réflexions sur une enquête sur le terrain(Paris: Hachette, 1988); Jeanne Favret-Saada, Désorceler, Penser/rêver (Paris: Olivier, 2009 []
  27. Laurence Hérault, « Faire de l’anthropologie en “terrain transsexuel” ». []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.